Vous souhaitez vous lancer seul dans l’aventure entrepreneuriale ? Plusieurs options s’offrent à vous pour démarrer votre activité. La première réflexion à mener est ainsi celle du statut juridique qui vous accompagnera. C’est notamment le cas si vous hésitez entre la micro-entreprise ou la SASU. Ces deux statuts présentent des avantages et des inconvénients à prendre en compte avant de vous lancer.

MINI-SOMMAIRE :

Quelles formalités de création pour la micro-entreprise et la SASU ?

Quelles obligations comptables en micro-entreprise et en SASU ?

Micro-entreprise ou SASU : quel régime fiscal ?

Quelle limitation de chiffre d’affaires en SASU et micro-entreprise ?

Quelles formalités de création pour la micro-entreprise et la SASU ?

La première différence notable entre la micro-entreprise et la SASU réside dans les formalités de création.

Pour créer une micro-entreprise, il suffit de procéder à une déclaration d’activité, en ligne ou par courrier, auprès du Centre de Formalités des Entreprises. Il vous suffit de remplir le formulaire P0 et de fournir un justificatif d’identité. Ces formalités de création n’occasionnent que peu de frais pour le micro-entrepreneur.

La création d’une SASU est plus complexe. En effet, la SASU est une société. Elle nécessite ainsi la rédaction de statuts, la constitution d’un capital social, la parution dans un journal d’annonces légales, l’immatriculation auprès du greffe, etc.

Quelles obligations comptables en micro-entreprise et en SASU ?

Les obligations comptables de la SASU sont plus lourdes que celles de la micro-entreprise. En effet, si vous optez pour la SASU, vous devez procéder à l’enregistrement de tous les mouvements affectant le patrimoine de l’entreprise, réaliser un inventaire annuel ainsi qu’un bilan et un compte de résultat annuels.

La comptabilité d’une micro-entreprise est très simple. Le micro-entrepreneur doit simplement tenir un livre de recettes.

À noter: si vous souhaitez exercer une activité de vente de marchandises en micro-entrepreneur, vous devrez également tenir à jour un registre des achats.

Micro-entreprise ou SASU : quel régime fiscal ?

Sur le plan fiscal, la principale différence réside dans la possibilité de déduire les charges du chiffre d’affaires réalisé. Cette possibilité est accordée à ceux qui optent pour la SASU.

Mais, la micro-entreprise en 2021 présente également certains avantages sur le plan fiscal. Ce régime juridique permet ainsi de bénéficier d’un abattement forfaitaire, variant selon le secteur d’activité. Cet abattement s’applique directement sur le montant des recettes déclarées.

Enfin, il est possible d’opter pour le versement libératoire, qui consiste en un prélèvement, sur la base d’un taux avantageux appliqué au montant du chiffre d’affaires.

Quelle limitation de chiffre d’affaires en SASU et micro-entreprise ?

Le principal inconvénient du régime de la micro-entreprise demeure les seuils de chiffre d’affaires inhérents à ce statut juridique. Or, dans la SASU, le chiffre d’affaires n’est pas limité pour l’entrepreneur.
Dans le cas d’un dépassement de seuil micro-entreprise, l’entrepreneur bascule automatiquement vers le régime de l’entreprise individuelle.

Bon à savoir: si vous souhaitez basculer de la micro-entreprise vers la SASU, il est nécessaire dans un premier temps de fermer sa micro-entreprise avant de procéder aux formalités de création de la SASU.

Pour en savoir plus sur les statuts juridiques, n’hésitez pas à consulter notre fiche pratique dédiée au choix entre l’EURL et la micro-entreprise.