Au moment de monter un projet de création d’entreprise, l’une des premières questions qui se pose est celle de savoir quel statut juridique choisir. Lorsque l’entrepreneur se lance seul, il a le choix de se tourner vers la création d’une société unipersonnelle (SASU ou EURL) ou d’une entreprise individuelle, telle que la micro-entreprise.

De nombreux entrepreneurs se posent la question de savoir quelles sont les différences entre micro-entreprise et auto-entreprise. Sachez que cette question n’a pas lieu d’être! On vous explique pourquoi.

MINI-SOMMAIRE:

  1. Micro-entreprise ou auto-entrepreneur: un régime unifié depuis 2016
  2. Création d’une micro entreprise (ex auto entrepreneur): quelles étapes?

Micro-entreprise ou auto-entrepreneur: un régime unifié depuis 2016

Jusqu’en 2016, les termes d’auto-entrepreneur et de micro-entreprise couvraient des régimes différents, avec chacun leurs particularités.

Toutefois, le 1er janvier 2016, l’auto-entrepreneur est devenu micro-entrepreneur! Les deux régimes ont donc fusionné. Aussi, même si l’appellation d’auto-entreprise est encore souvent utilisée, seul le statut de micro-entrepreneur existe légalement.

Aussi, lorsque vous hésitez entre devenir auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur, une seule solution s’offre à vous: devenir micro-entrepreneur!

Création d’une micro entreprise (ex auto entrepreneur): quelles étapes?

La micro-entreprise a pour avantage d’être un statut juridique relativement accessible. Pour devenir micro-entrepreneur, il faut simplement répondre aux critères suivants:

  • Être une personne physique;
  • Exercer seul son activité;
  • Exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale;
  • Exercer cette activité de manière principale ou secondaire.

D’autre part, les formalités de création de la micro-entreprise sont simples, rapides et peu coûteuses. Pour créer une micro-entreprise, il convient de:

Étape 1 - Remplir le formulaire M0 micro-entrepreneur: il s’agit d’un formulaire Cerfa à compléter avec les informations concernant l’entrepreneur, les activités qu’il souhaite exercer et le choix des options sociales et fiscales.

Étape 2 - Constituer un dossier avec les pièces justificatives: il est nécessaire de rassembler des documents parmi lesquels une pièce d’identité, un justificatif de domicile, une déclaration sur l’honneur de non-condamnation et de filiation. D’autres documents peuvent vous être demandés si vous exercez une activité réglementée (ex: chauffeur VTC) ou une activité artisanale (ex: coiffeur à domicile).

Étape 3 - Transmettre le dossier au centre de formalités des entreprises (CFE): pour cela, le dossier composé du formulaire M0 et des pièces justificatives doit être transmis en ligne via le site de l’Urssaf.

Une fois votre immatriculation validée, vous recevrez un extrait K qui correspond au Kbis pour le micro-entrepreneur.

Bon à savoir: lorsque vous vous occupez seul de l’ensemble des démarches de création de votre micro-entreprise, votre immatriculation sera entièrement gratuite! Toutefois, si vous avez besoin d’un accompagnement, sachez qu’il existe des plateformes juridiques vous permettant d’être accompagné dans le cadre de vos démarches de création.


Maintenant que vous avez compris la différence entre auto-entrepreneur et micro-entrepreneur, n’hésitez pas à consulter notre fiche sur les avantages de la micro-entreprise. Ainsi, vous serez certain de faire le bon choix!